17. Imaginez *

Imaginez

Au coin de la rue, assis sur un banc
Etait-ce une nuit ou un soir ?
J’ai vu un jeune homme tout vêtu de blanc
Fruit du destin ou du hasard ?
Irais-je m’asseoir, oserais-je y croire ?
Un mot, il me faisait rougir,
Un seul mot, et tout devenait sourire…
Intriguée par son doux regard ,
Intimidée par sa proximité,
Je n’ai jamais su lui parler.

Et si nous étions restés ?
Je n’ose l’imaginer.

Au bord de l’étang, prise d’un frisson,
Soudain vis cet étrange garçon.
Inconnu, nos couleurs si différentes,
Etranger, ta chaleur ardente,
Ton profond regard et ta couleur d’ébène
Changèrent mon cœur, en prirent la clé.
Ta peur si terrible retrouve toutes mes peines.
Sans lendemain ton regard de flamme
Brûla mon cœur étonna mon âme.
Je n’ai jamais su lui parler.

Et si nous étions restés ?
Je n’ose l’imaginer.

J’attends dans le café en face de la gare,
Scrutant l’horizon, verre en main,
Lorsque deux visages j’aperçus soudain…
Amour perdu d’un seul regard.
Pourquoi tous les deux ? Tout était parfait !
Et moi, pour toi j’aurais tout fait ;
Cette fille-là comptait tellement pour moi.
Cœur brisé, amitiés envolées
Et dans mon cœur restera tant d’émois.
Je n’ai jamais su leur parler.

Il me faut oublier…
Je n’ose l’imaginer